En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur.

Honoré Philippe, Le poids public de Cernex

POIDS PUBLIC


Sous la municipalité d'Edouard Charrière, on avait créé deux foires annuelles qui regroupaient les paysans de toutes les communes du canton. Il y avait beaucoup de transactions, de ventes et achats de bestiaux. Cette foire était fréquentée par des maquignons et souvent les paysans se "coquinaient" les uns les autres.

Ces foires datent des années 1925-1928, la première avait lieu en avril et la seconde en octobre. Il y avait:

les bestiaux: vaches, chevaux, boeufs...
les outils: la quincaillerie Depigny de Seyssel,
des marchands de chaussures et de vêtements: Siboldi, Paolèti, très populaires et aimés.

A la foire d'octobre, le vin nouveau était au rendez-vous et chacun trinquait de bon coeur. Ces foires ont cessé en 1945.

A cette époque, début des années 20, la commune de Cernex vendait beaucoup de fourrage pour les chevaux qui assuraient les transports dans la ville de Genève. Le poids des chars, ainsi que celui des bêtes, était évalué à l'oeil. Tout le monde n'y trouvait pas toujours son compte.

Le conseil municipal décida de doter la place d'un poids public en s'adressant aux usines de ponts et bascules de Voiron (Isère).

Il avait été décidé qu'une bascule de dix tonnes suffisait pour peser les fromages de la fruitière, les cochons gras, le fourrage, car les camions étaient petits. Mais la direction de l'usine suggéra de prévoir un poids de vingt tonnes. Ainsi fut fait.

Edouard Charrière, le maire, et son adjoint jean-Marie Excoffier se sont rendus à Voiron pour passer commande. En chemin, ils passèrent me chercher à Grenoble où je travaillais à cette date.

{highslide float=left type="img" url="histoire/20eme/Honore_philippe.jpg" width=200 captionText='Honore Philippe' } {/highslide}

Traité et publié le 4 février 2005 par Michel Weinstoerffer