En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur.

17 septembre 1823, Monsieur l'intendant il n'y a jamais existé aucune école rière ladite commune

Déclaration de la Commune de Cernex relative à l'école

 

{highslide float=left type="img" url="histoire/19eme/17_sept_1823_ecole-1.jpg" width=200 captionText='17 septembre 1823, Monsieur l'intendant il n'y a jamais existé aucune école rière ladite commune' } {/highslide} {highslide float=left type="img" url="histoire/19eme/17_sept_1823_ecole-2.jpg" width=200 captionText='17 septembre 1823, Monsieur l'intendant il n'y a jamais existé aucune école rière ladite commune' } {/highslide}


L'an mil huit cent vingt trois et le dix sept du mois de septembre, le conseil de la commune de Cernex réuni au lieu ordinaire de ses séances aux personnes des Sieurs François Saxod Sindic*, Pierre Magnin, François Magnin et Etienne Philippe conseillers en l'assistance des Sieurs Gaspard Favre, Alexandre Thouvier, Etienne Jacquet, Alexandre Excoffier et Gaspard Saxod plus forts imposés lesquels dûment convoqués par Monsieur le Sindic pour répondre à la circulaire de Monsieur l'Intendant en date du vingt huit août dernier relative à l'établissement des écoles communales en conformité des lettres patentes en date du vingt trois juillet mil huit cent vingt deux, les susnommés ont l'honneur de répondre à Monsieur l'intendant qu'il n'y a ni fondation ni legs ni donation destinés à ce destiné et qu'il n'existe rière la dite commune aucun local pour placer un instituteur que les hameaux de la dite communauté étaient forts éloignés des uns des autres, il serait fort difficile que les élèves puissent profiter des institutions à cause de l'éloignement et des mauvais chemins après avoir mûrement réfléchis ils ne sont point d'avis qu'il y ait un instituteur rière la dite commune pour les causes ci de plus alléguées fait et délibéré à Cernex les ans et jours que de plus, lesdits Saxod, Pierre Magnin, Etienne Philippe, Gaspard Favre, Thouvier, Alexandre Excoffier, Etienne Jacquet et Gaspard Saxod sera la marque pour être illitéré** de cet acquis .

* = Dans le Royaume de Sardaigne, le syndic est une fonction analogue à celle d'un maire français , créée avec le statut de 1848 promulgué par le roi Charles-Albert. Après avoir eu des consuls à sa tête, Nice (qui a longtemps appartenu au royaume de Piémont-Sardaigne) fut dirigée par un syndic de 1848 à 1860. En italien le terme correspondant est sindaco et en niçois sèndegue. Une réforme de ce système communal fut entreprise en 1738. Les assemblées générales furent alors supprimées, chaque commune aura son (ou ses) syndic(s), un conseil et un secrétaire sous le contrôle de l´intendant.

** = Illétré, illitéré : le premier ne connaît pas les belles lettres, le second ne sait même pas lire. Homère était illitéré, mais non illétré, la nature l'avait fait poète.

Crédit documentaire Archive de la Mairie, cahier de 1816 à 1826 page 44, traité et publié le 9 janvier 2005 par Michel Weinstoerffer

Galerie XIXe siècle