En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur.

Honoré Philippe, La maison Dusonchet de Cernex au début du siècle

MAISON  DUSONCHET


C'était le restaurant. Le père, François, est resté maire une vingtaine d'années. Il était aussi cultivateur et négociant en bestiaux. Il se rendait régulièrement à Genève mener des bêtes à l'abattoir et revenait toujours avec de la viande qui ne lui coûtait pas trop cher en raison de ses bonnes relations avec les négociants en bestiaux, ce qui lui permettait de bien nourrir ses ouvriers agricoles qui l'appréciaient beaucoup.

{highslide float=left type="img" url="histoire/20eme/Honore_philippe_dusonchet.jpg" width=200 captionText='Honoré Philippe, La maison Dusonchet de Cernex au début du siècle' } {/highslide} Au restaurant on servait une bonne cuisine, saine, peut-être pas très fine, mais à volonté: de bons pot-au-feu, et surtout de bons bouillons au fromage râpé. La mère Dusonchet était une femme appréciée car très charitable. On l'appelait la "mère du peuple" ou "La Veyrate". Cette maison a été tenue par le petit-fils, René, et son épouse, Alice, jusqu'à leur disparition, sous l'enseigne de "l'Auberge Savovarde"


{highslide float=left type="img" url="histoire/20eme/Honore_philippe.jpg" width=200 captionText='Honore Philippe' } {/highslide}

Traité et publié le 4 février 2005 par Michel Weinstoerffer